... et son cousin missionnaire en extrême orient

Le hasard ou la Providence a voulu en effet, que 50 ans plus tard un cousin de Mgr Darnis soit à son tour sacré évêque en pays de mission.

Antoine Usse né près de St Jacques des Blats en 1860  est cousin germain de Mme Marguerite Darnis du Bouissou de St Illide décédée en 1930. Elle vivait au Bouissou lorsque son cousin était missionnaire et lorsque, plus tard, il est rentré en France et y mourir.

Outre la parenté, d'autres points rapprochent encore Joseph Darnis et Antoine Usse.
Tous les deux ont été formés au grand séminaire de St Flour puis ordonnés dans ce diocèse.
Tous les deux sont ensuite entrés chez les pères Lazaristes pour être envoyés en pays de mission et feront preuve d'un zèle édifiant.
Tous les deux enfin décéderont prématurément à l'âge de 44 ans...

Mais si Joseph Darnis est envoyé évangéliser la Perse, Antoine Usse lui, est missionné en Extrême Orient et rejoint la Birmanie en 1884.

Rappelons que Mindon, le roi de Birmanie, est alors en lutte contre les Anglais qui cherchent à étendre leur influence en orient. Malgré une résistance acharnée, le 1er janvier 1886, la Reine Victoria reçoit la Birmanie comme cadeau de nouvel an. Le pays entre dans le Raj britannique (nom donné à l'empire des Indes).


Là, pendant près de 20 ans, Antoine se montre très actif et déploie, comme son cousin, un zèle remarquable dans ce pays en guerre où il échappe à plusieurs reprises aux massacres.
Ceci lui vaut, comme son cousin 50 ans plus tôt, d'être nommé en 1894 Vicaire Apostolique de la Birmanie Septentrionale et évêque titulaire de Selve en résidence à Mandalay où la cathédrale vient d'être édifiée par son prédécesseur. 

Malgré de grands éloges pour son attitude édifiante en qualité d'évêque, surgit alors quelques années plus tard, en mars 1900, un fait qui l'oblige à quitter aussitôt la Birmanie..

Quel est ce fait ou cette faute ?? Selon les archives des Lazaristes, dans leur style prudent : "par suite de circonstances sur lesquelles il n'y a pas lieu de nous appesantir, le Souverain Pontife crut devoir, pour des motifs d'intérêt général, accepter sa démission de vicaire Apostolique..Mgr Usse qui aimait passionnément la Birmanie sentit l'amertume du sacrifice mais il se résigna à la volonté de Dieu"
Le siège apostolique de Mandalay restera d'ailleurs vacant jusqu'au décès de Mgr Usse.

Que s'est-il passé pour qu'une sanction aussi lourde soit prise, obligeant Mgr Usse qui garde son titre d'évêque de Selve, à rentrer en France ?
Les archives indiquent seulement  qu "il s'est laissé tromper par les chrétiens et qu'il s'est montré un peu mou dans le commandement." 
Tout ceci reste volontairement bien vague et ouvre le champ à beaucoup d'hypothèses...

Toujours est-il qu'après avoir rejoint sa famille pendant un temps puis s'être mis au service de l'évêque de St Flour, il part comme une âme en peine et comme simple prêtre dans une minuscule paroisse des Ardennes, Le Chesnois-Auboncourt, rejoindre le curé du lieu, un ami d'enfance.
Là, il ne survit pas deux années avant d'y mourir en avril 1905 et d'y être enterré.
Sa famille qui devait connaître au moins partiellement les motifs de son renvoi de Birmanie, n'en a jamais parlé...