LES CHEVAUX

Il était assez rare, il y a une quinzaine d'années encore, de voir des équidés dans nos prairies cantaliennes. C'est maintenant chose courante (et tant mieux !). La commune de Saint-Illide ne fait pas exception et accueille, souvent par paires (la jument et son poulain) ou par trois, des chevaux ou même des ânes. Voici les quatre races que vous rencontrerez le plus souvent :

Le Comtois
Le Percheron


Le Breton
L'Ardennais

 

Il n'est pas rare de rencontrer des ânes (ici, à Darnis) et même des mules (la jument "mulassière" est ici une Percheronne)


LA RACE AUVERGNATE :
Il existait jusqu'à la seconde guerre mondiale, une race locale dite "cheval d'Auvergne". La légende dit que les Sarrasins, dans leur retraite, laissèrent ces montures derrière eux. Il s'agissait d'un animal rustique de petite taille, typé oriental et pourvu de nombreuses qualités. Il était en effet adapté à la vie de montagne, aux terrains accidentés et résistant face aux maladies et aux intempéries.

On prétend qu'Henri IV possédait un cheval auvergnat de couleur blanc pommelé (le fameux cheval blanc d'Henri IV ?).

Un auteur du XVIIe siècle déclare en parlant de cette race :
"...ces chevaux, mieux que les Limousins et tous les autres chevaux d'Europe, gravissent les sommets les plus escarpés et courent sur les penchants des précipices. Elevés sur de maigres pâturages, ils sont faciles à nourrir et peuvent supporter de longues abstinences ".
Un des chevaux que possédait Napoléon s'appelait "Cantal" et était de la race auvergnate, il était de couleur gris truité et provenait de Choumanou, un élevage proche de Mauriac. L'Empereur l'aurait monté à Austerlitz et à la Moskowa. On dit d'ailleurs qu'au soir de cette dernière bataille, Napoléon, qui avait galopé plus de 2 heures sur Cantal, le confia à Rapp (son aide de camp) en lui demandant de lui ramener un cheval frais. Mais Rapp ramena Cantal une heure plus tard, séché et bouchonné, car c'était encore le meilleur de tous les chevaux disponibles...
Employé pour les travaux agricoles, c'est entre la fin du XVIIIe siècle et la fin du XIXe siècle que le cheval d'Auvergne connut son âge d'or. La mécanisation provoqua ensuite un tel déclin que la race faillit s'éteindre, c'est grâce aux efforts de quelques éleveurs passionnés (dont Tyssandier d'Escous, plus connu pour son intérêt pour les vaches) que le cheval d'Auvergne renaît peu à peu de ses cendres. Nous espérons le revoir bientôt dans les prés de la commune.

Au musée d'Aurillac, Cantal (reproduction d'un tableau de Géricault exposé à Rouen) trône à côté du buste de son illustre maître.